Fermeture de prisons : Poissy passe au travers, mais a quel prix !

C’est pas faute d’avoir anticipé !

Durant la campagne des municipales déjà, nous proposions de créer une nouvelle maison centrale plus moderne et surtout en dehors du centre-ville. Richard avait relancé l’idée durant sa campagne pour les législatives.

Nos détracteurs nous affirmaient que c’était une mauvaise idée, qu’elle était parfaitement fonctionnelle cette prison. J’ai cru Richard qui me relatait l’état de la « centrale » de part la connaissance qu’il en avait via l’association « les Amis de la Centrale de Poissy », association d’aide aux familles de détenus. J’ai eu l’occasion de m’en rendre compte par mes propres yeux lors d’une visite courant 2008.

Aujourd’hui, la France fait l’état des lieux de ses établissements pénitentiaires et le résultat tombe : 23 prisons vont être fermées pour cause de vétusté d’ici 2017. 3 autres établissements pourraient être « rattrapés » de justesse : Clairvaux, Bar-le-Duc et … Poissy, à la condition d’un « investissement fort des collectivités territoriales » !!!

Voilà donc le résultat : nous demandions la création d’une nouvelle prison, moderne, plus humaine, pouvant accueillir les familles de détenus dans sa périphérie, hors du centre-ville, aux nouvelles normes de sécurité. Nos détracteurs disaient à l’unissons, « non non, elle est très bien cette prison, inutile de faire le forcing ».
L’état nous dit en retour : « Non seulement elle va rester en centre-ville, parmi des bâtiments historiques, mais ce sont les collectivités locales qui vont casquer », bref directement nous contribuables locaux.

Sources :
Le Figaro
Ministère de la justice

Sécurité : pour François Bayrou, « la loi doit être appliquée et respectée »

François Bayrou était l’invité ce jeudi de la matinale de France Inter animée par Eric Delvaux.

Après les violences à Grenoble et dans le Loir-et-Cher, François Bayrou a estimé que la politique de sécurité de Nicolas Sarkozy montrait aujourd’hui « ses très grandes limites » : « Cette politique de sécurité montre aujourd’hui les très grandes limites qui sont les siennes et il faut la remettre en question sur des sujets très importants », ajoutant que le chef de l’Etat, qui veut livrer « une véritable guerre » à la criminalité, ne faisait que se livrer à un exercice habituel.

Il a ainsi affirmé que « cela fait dix ans que Nicolas Sarkozy a la responsabilité de la sécurité en France et cela fait trois ans qu’il est à la présidence de la République. Pourquoi, est-ce-qu’on a besoin d’annoncer comme une nouvelle extraordinaire qu’on va faire respecter la loi ? La loi doit se faire respecter sans avoir besoin de déclaration à grand son de trompe ».
« Combien de fois avons-nous entendu dire plus de zone de non-droit, tolérance zéro , et tous les jours on a la preuve du contraire, ce qui veut dire que la politique de sécurité ne va pas dans le bon sens et qu’il faut en changer », a encore rappelé François Bayrou.

Concernant la nomination d’anciens policiers au poste de préfet (en Seine-Saint-Denis et en Isère), il a estimé que « c’est un glissement sur lequel il serait bon de s’interroger ». « Le travail d’un préfet ne peut pas se limiter à l’action de police, c’est beaucoup plus large. La police, ce n’est qu’un chapitre de l’action de l’Etat ».

François Bayrou a conclu que la sécurité dans les quartiers ne pouvait pas « venir de l’extérieur »: « je n’emploie pas seulement le mot de police de proximité parce qu’il ne s’agit pas seulement de proximité, mais de connaissance du quartier, d’enracinement, de familiarité, d’observation comme les gendarmes le font dans le monde rural ».

Un nouvel incendie à Poissy

Des incendies il y en a malheureusement souvent.Crédit photo : Richard Bertrand

Celui dont je vais parler a heureusement une fin (presqu’) heureuse puisqu’il n’y a pas de blessé. Cependant, en termes de dégâts, il se pose là, et comme il a eu lieu dans une rue commerçante de Poissy, ça interpelle.

Pourquoi j’en parle ? Tout d’abord parce qu’en faisant le bilan des visites sur ce blog, j’ai constaté que de nombreuses personnes ont cherchés à avoir des informations. Ensuite parce qu’un ami a eu « chaud ».

En effet, l’incendie a eu lieu rue du Général de Gaulle au niveau de l’ancien bar « Le Lion d’Or », juste a coté de la maison de Richard Bertrand.

Depuis la fermeture de l’établissement, de gros travaux sont en cours car avec la fusion des locaux du traiteur, un marchand de vêtements doit s’installer. Il y a gros à parier que le départ de cet incendie soit une conséquence des travaux bien qu’ayant eu lieu de nuit (1h30), avec la chaleur ambiante quelque chose pouvait couver depuis quelques heures avant de réellement s’embraser dans la nuit. De même, un problème électrique n’est pas à écarter durant des travaux. Aujourd’hui on ne connait pas les causes réelles, il ne s’agit que de supputations personnelles.

Aujourd’hui il ne reste plus grand chose de la maison. Les pignons (qui ont bien protégés les maisons voisines), un bout de façade, une dizaine de tuiles tout au plus, bref l’incendie qui a mobilisé une quarantaine de pompiers, 9 véhicules, 3 lances à incendie, a tout dévasté.

Il est a noter que des pompiers étaient toujours présents sur les lieux hier à 16h, j’ai moi même vu un véhicule stationné a proximité hier soir à 20h30. Une reprise d’incendie avec la température ambiante est à prendre au sérieux par les temps qui courent.

Notons que les secours (Police et pompiers) sont intervenus en 5 minutes d’après une voisine qui a donné l’alerte, ce qui a mon avis a permis de sauver les logements voisins. Bravo a eux.

J’en profite pour rappeler qu’il ne sert à rien d’attendre le passage au journal officiel pour équiper vos logements de détecteurs de fumées. Ça sauve des vies ! (et des biens aussi).


Crédits photos : SDIS 78

Crédits photos : SDIS 78

Crédits photos : SDIS 78

Crédits photos : SDIS 78

Crédits photos : SDIS 78

Flambée des cambriolages sur Saint Exupery

L’été revient, les cambrioleurs aussi.
En réalité ils ne s’étaient jamais réellement absentés, mais bon, depuis quelques jours on dirait que les affaires reprennent.

Que faire ?

Premièrement : n’oubliez pas de fermer correctement vos portes et fenêtres et surtout les volets.
N’oubliez pas non plus d’activer votre alarme, 2 maisons ont été visitées alors qu’elles étaient équipées mais non allumées, c’est bête.

Ensuite : ayez l’œil ! Repérez toute personne étrangère au quartier. On se connait tous plus ou moins, St Ex est comme un village, tout le monde le dit. Notez les plaques des véhicules qui vous paraissent suspects. S’il ne se passe rien, vous pourrez jeter ledit numéro au bout de quelques semaines. Sinon les forces de police seront ravies d’avoir des indices.

Car le principal problème aujourd’hui est là : la Police n’a rien pour enquêter.

Autre chose, ce n’est peut-être pas très « joli », mais en cas de doute vous avez peut-être un téléphone équipé d’un appareil photo. Là encore, si rien ne se passe détruisez la photo au bout de quelques jours.

N’oubliez pas de prévenir les voisins. Maillon essentiel de la sauvegarde de votre patrimoine. Un voisin qui sait que vous êtes en vacances s’inquiètera au moindre mouvement autour de votre habitation.

Bonnes vacances

Panne d’électricité : comment y palier ?

Hier matin, une grosse panne de courant a affecté Poissy et ses environs.
Les chaines de PSA se sont arrêtées, les feux tricolores en ville éteints… Lire l’article du Parisien.

Il y a peu je parlais du Plan Communal de Sauvegarde (PCS), celui-ci s’appuie sur des outils tels que les PPR mais aussi et surtout le PCA : Plan de Continuité de l’Activité.
Un PCA vise a pouvoir assurer les fonctions élémentaires d’une entreprise ou administration en cas de crise.
Imaginer un bloc opératoire sans électricité, on laisse le patient mourir ? Non il existe des moyens de secours, par exemple l’éclairage sur batterie, les groupes électrogènes, afin de permettre de terminer l’opération ou a minima d’appliquer une procédure d’urgence visant a mettre en sécurité le patient.

Un PCA se décline en fonction des besoins, des priorités, etc. Dans le cas des feux tricolores par exemples, ces automobilistes mécontent devoir réviser leur code de la route et tout se passerait bien.
Il est en effet prévu qu’en cas de dysfonctionnement des feux, des panneaux apposés sur les feux indiquent la marche a suivre. Si rien n’est indiqué, c’est la règle de la priorité a droite qui s’impose.

Une partie du PCA de la mairie de Poissy existe, il a été rédigé in-extremis à l’automne dernier afin de prévoir des solutions en cas de pandémie grippale et donc de l’absence d’une grande partie du personnel médical.

Je pourrais vous citer de nombreux exemple, en passant par l’installation d’onduleurs sur les ordinateurs qui permettent d’avoir le temps de sauvegarder vos travaux en cas de coupure de courant, etc.

Plan Communal de Sauvegarde : on continu le gaspi ?

J’ai du mal a y croire !!!

J’apprends sur le blog de Cœur de Poissy (ici), que la ville de Poissy a lancé un appel d’offre pour avoir recours à une assistance pour l’élaboration d’un Plan Communal de Sauvegarde (PCS).

Pourquoi aller encore dépenser de l’argent dans un énième assistanat alors que ce n’est pas nécessaire ?
Il ne s’agit pas d’une extension des plans de préventions, comme l’a écrit Cœur de Poissy, mais plutôt de leurs articulation dans tout le système de prévention de la population incombant au Maire.

Le PCS doit permettre par exemple de déclencher des alertes contrôlées, de veiller à une rapide coordination des moyens, de permettre un retour à la normale efficace.

Si une crise survenait aujourd’hui, la ville ne serait pas en mesure de monter son poste de commandement communal, un temps fou serait perdu avant de mobiliser les personnes compétentes, on ne saurait pas ou et comment installer les journalistes et les informer correctement, la ville ne peut pourvoir au relogement de dizaines d’habitants qui devraient être évacués de leur logement provisoirement, etc.

Voilà à quoi sert un PCS.  Il est obligatoire pour notre ville pour les risques que j’évoque ci-dessous.  Il aurait du être rédigé et présenté au préfet fin 2007.

Le PCS faisait partie de mes attributions lorsque j’avais la délégation à la sécurité. Les travaux sont commencés, les risques recensés (Les risques obligeant la ville à se munir d’un PCS sont liés aux crues et aux risques d’effondrement liés à la présence de carrières). Fin 2009, malgré mes relances, le comité de pilotage n’avait pas été constitué, mais le plus gros est prêt, il reste à mettre en page toutes les informations, rédiger les fiches actions, le DICRIM, et enfin (et surtout) mettre en place les mesures préventives, s’équiper, informer la population. Je ne pense pas qu’un cabinet de conseil puisse faire ça !

J’ai bien une idée du problème qui été soulevé : le peu de personnel affecté à la sécurité, ne l’est pas à temps plein, preuve de l’intérêt que semble porter le Maire à la sécurité ! Ce personnel est affecté officiellement au service environnement et craque sous une masse de travail tellement hétéroclite qu’ils ont du mal à s’y retrouver.

Il n’existe pas à la mairie de Poissy de service ou même d’équipe liée à la sécurité sous quelque forme que ce soit, là encore, malgré mes demandes.

Ironie : un SDF décède dans l’incendie d’une maison à Poissy

Mercredi soir, peu après 21h, 2 SDF « imbibés » de 35 et 41 ans qui squattaient une maison Boulevard Robespierre depuis une semaine ont décidés d’allumer un réchaud avec de l’alcool à brûler.

Un incendie se déclenche alors dans la maison et l’intervention des forces de Police (Le commissariat de St Germain venait de prendre le service) ne suffira à sauver que le plus agé des 2 SDF.

En plus du SDF sauvé in-extremis, un policier a lui aussi été intoxiqué par les fumées.

Sauf erreur de ma part, il s’agit d’une maison dont nous avons voté le dépôt du permis de démolir en mars ou avril.

Une policère municipale tuée lors d’une fusillade

Une policière municipale de Villiers-sur-Marne de 27 ans est décédée suite à une fusillade, en tentant d’interpeller des malfaiteurs lourdement armés.

Les faits (d’après la Police).
Dans la matinée (vers 9h30), à Créteil, une fourgonnette suspecte (portant des impacts de balles ou étant sans plaques suivant les témoignages) tente d’échapper à un contrôle de Police du commissariat de Villeneuve St Georges. A l’intérieur, 4 à 5 hommes tente de s’échapper et ouvrent le feu sur les forces de l’ordre notamment avec des fusils d’assaut. Ils se sont ensuite dirigés vers l’A4 via l’A86, une conductrice sera grièvement blessée au poumon, une autre à la cuisse et un conducteur de poids lourd au pied.

Ils sèment la Police et sortent à Villiers-sur-Marne et auraient eu un accident à cette sortie où les policiers municipaux tentent d’intervenir. Les tirs reprennent.

La policière est touchée au thorax et à la tête, elle sera évacuée par hélicoptère vers la Pitié-Salpétrière mais décèdera vers 12h30, un collègue est touché à l’épaule et à la main.

Ils ont ensuite changé de véhicule, une 206 vue à Champ sur Marne, puis une Mercedes abandonnée elle à Noisy le Grand. Puis ils auraient pris la direction de La Seine St Denis. La fourgonnette à été incendiée.

photo AFP

Des analyses balistiques sont en cours sur un des véhicules de police qui a reçu plusieurs impacts de balles. La Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Paris a été saisie de l’enquête. Un suspect aurait été interpellé en fin de matinée. Cet homme, connu des services de police se trouvaient à proximité du lieu de la fusillade. Sa participation éventuelle aux faits n’a pas été confirmée.

Brice Hortefeux est « venu partager l’émotion des policiers municipaux » immédiatement. « Les responsables seront inéluctablement identifiés, interpellés, déférés et sanctionnés » et « devront payer pour leurs actes », a-t-il promis. Il a précisé devant la presse que des explosifs retrouvés dans le véhicule des malfaiteurs laissaient penser qu’il s’agissait sans doute de malfaiteurs qui se préparaient à attaquer un fourgon ou une banque.

On se souvient aussi qu’en juin 1998, une policière municipale avait été grièvement blessée à Lyon d’une balle dans la tête par un automobiliste qu’elle avait verbalisé deux ans auparavant.

En attendant, je ne peux m’empêcher de penser à la famille d’Aurélie Fouquet, mère d’une petite fille de 19 mois, a son mari, lui aussi policier municipal à Meaux et à ses collègues de Villiers et d’ailleurs.
Une pensée aussi pour les autres blessés en leurs souhaitant un prompt rétablissement.

A la veille d’une manifestation (le 1er juin) visant à mieux faire connaitre la dangerosité de leur travail (entre autres points), je pense a eux qui (certes en connaissance des risques) doivent aujourd’hui aller puiser au « fond de leurs tripes » le dévouement nécessaire à l’accomplissement de leurs missions.

Sécurité routière et répression

Je viens de recevoir quelques informations concernant la sécurité routière.

Tout d’abord, les derniers chiffres de l’observatoire national interministériel de la  sécurité routière (ONISR) qui dit que sur l’ensemble de notre territoire, il y a eu 295 tués durant le mois d’avril 2010, ce qui fait une baisse de 11% par rapport à 2009. Cependant 2009 n’était vraiment pas (passez moi l’expression) un bon cru, n’empêche que nous sommes passés sous la barre des 300 tués pour un mois d’avril (France métropolitaine et tous types d’accidents de la route).

Quel est la particularité du mois d’avril ? C’est le retour des beaux jours et des motos qui ont « hibernées » tout l’hiver, leur conducteur (pilotes?) encore engourdis n’ont pas récupérés tous les réflexes et si un petit quelque chose vient perturber le trajet, c’est l’accident !

Donc c’est une bonne chose, d’ailleurs le nombre d’accidents corporels est en baisse (en gros -10%). Si on regarde depuis le début de l’année tout est en baisse par rapport à 2009.

La DSCR (Délégation à la Sécurité et à la Circulation Routière) dans un communiqué du 7 mai, conclue « Comportement responsable des automobilistes et vigilance des forces de l’ordre sont à la source de la poursuite des résultats positifs. L’effort collectif doit être poursuivi. »

Bien, donc, afin de lutter contre l’accidentologie (13 tués dont 3 motards) dans les Yvelines, la préfecture a commandité une opération de répression à l’encontre des motards en vallée de Chevreuse…….
Amis motards, planquez-vous ce (grand) week-end.

Et 4 de plus

Le fourgon brulé précédemment venait à peine d’être enlevé. Au même endroit, rue Lenestour, ce sont 4 véhicules qui ont été brulés dans la nuit de jeudi à vendredi.

Le quartier Saint Exupery est devenu le barbecue de Poissy ! La prochaine fois prévenez à l’avance, j’amènerais les merguez !!!