Une policère municipale tuée lors d’une fusillade

Une policière municipale de Villiers-sur-Marne de 27 ans est décédée suite à une fusillade, en tentant d’interpeller des malfaiteurs lourdement armés.

Les faits (d’après la Police).
Dans la matinée (vers 9h30), à Créteil, une fourgonnette suspecte (portant des impacts de balles ou étant sans plaques suivant les témoignages) tente d’échapper à un contrôle de Police du commissariat de Villeneuve St Georges. A l’intérieur, 4 à 5 hommes tente de s’échapper et ouvrent le feu sur les forces de l’ordre notamment avec des fusils d’assaut. Ils se sont ensuite dirigés vers l’A4 via l’A86, une conductrice sera grièvement blessée au poumon, une autre à la cuisse et un conducteur de poids lourd au pied.

Ils sèment la Police et sortent à Villiers-sur-Marne et auraient eu un accident à cette sortie où les policiers municipaux tentent d’intervenir. Les tirs reprennent.

La policière est touchée au thorax et à la tête, elle sera évacuée par hélicoptère vers la Pitié-Salpétrière mais décèdera vers 12h30, un collègue est touché à l’épaule et à la main.

Ils ont ensuite changé de véhicule, une 206 vue à Champ sur Marne, puis une Mercedes abandonnée elle à Noisy le Grand. Puis ils auraient pris la direction de La Seine St Denis. La fourgonnette à été incendiée.

photo AFP

Des analyses balistiques sont en cours sur un des véhicules de police qui a reçu plusieurs impacts de balles. La Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Paris a été saisie de l’enquête. Un suspect aurait été interpellé en fin de matinée. Cet homme, connu des services de police se trouvaient à proximité du lieu de la fusillade. Sa participation éventuelle aux faits n’a pas été confirmée.

Brice Hortefeux est « venu partager l’émotion des policiers municipaux » immédiatement. « Les responsables seront inéluctablement identifiés, interpellés, déférés et sanctionnés » et « devront payer pour leurs actes », a-t-il promis. Il a précisé devant la presse que des explosifs retrouvés dans le véhicule des malfaiteurs laissaient penser qu’il s’agissait sans doute de malfaiteurs qui se préparaient à attaquer un fourgon ou une banque.

On se souvient aussi qu’en juin 1998, une policière municipale avait été grièvement blessée à Lyon d’une balle dans la tête par un automobiliste qu’elle avait verbalisé deux ans auparavant.

En attendant, je ne peux m’empêcher de penser à la famille d’Aurélie Fouquet, mère d’une petite fille de 19 mois, a son mari, lui aussi policier municipal à Meaux et à ses collègues de Villiers et d’ailleurs.
Une pensée aussi pour les autres blessés en leurs souhaitant un prompt rétablissement.

A la veille d’une manifestation (le 1er juin) visant à mieux faire connaitre la dangerosité de leur travail (entre autres points), je pense a eux qui (certes en connaissance des risques) doivent aujourd’hui aller puiser au « fond de leurs tripes » le dévouement nécessaire à l’accomplissement de leurs missions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s