Alain DOLIUM élu tête de liste MoDem IdF.

La tête de liste Ile de France du MoDem pour les régionales 2010 est connu depuis lundi soir.

Avec 77% des voix, Alain a été élu par les adhérents MoDem pour être l’Homme qui mènera la bataille des Régionales. C’est à lui qu’incombe la lourde tache de prendre la place de Jean-Paul Huchon.

Je l’ai croisé lors d’une réunion organisée par Pierre Le Guerinel afin de nous le présenter, samedi matin à Versailles, car qui est Alain Dolium ? Les médias l’ont déjà présenté largement car il représente la politique nouvelle, la politique qu’on attend, le symbole du Mouvement Démocrate. Je crois qu’on peut le résumer ainsi (je sais c’est réducteur) : Alain est le symbole du Mouvement Démocrate tel qu’il est espéré par les adhérent et tel que le veut François Bayrou : un mouvement bousculant voire explosant les frontières politiques, la 3ème voie espérée, un mouvement jeune, dynamique, innovant telle une start-up, ce type de société justement dirigée par Alain.

Je me retrouve chez cet homme (en fait je crois que beaucoup s’y retrouveront), il n’aime pas les boites, cette volonté de mettre les gens dans des cases dès leur naissance. Si j’avais suivi ce précepte je serais probablement mécanicien aujourd’hui, ou quelque chose du genre. Je ne critique pas ce métier, c’est juste que ce n’est pas ça que je voulais faire comme job. Mon truc c’était l’informatique, on m’a dit qu’il fallait d’abord que j’ai mon bac. On m’a doucement rappelé que mes 5 frères et sœurs n’avaient pas le bac. Je crois que c’était le début des vrais combats, de la nonchalance de ma jeunesse allait naitre les choix. J’ai choisi d’avoir mon bac, un bac scientifique avec option informatique que je décrocherais « fingers in the noise » contrairement aux apparences, car je n’ai pas la peau noire d’Alain, d’origine antillaise, né dans une banlieue parisienne, moi j’avais le profil « terreux-picard » et bien même cela, ça gène, je ne rentrais pas dans « les cases ». J’ai même entendu dire que j’étais un produit de la « sous-culture picarde », quand on sait que dans la tête de gens qui sortent ce genre de phrases, « culture picarde » équivaut à « agriculture »…. Je ne suis pas une tête, j’ai d’ailleurs arrêté mes études 2 ans après le bac, car j’ai estimé avoir atteint une limite, peut-être provisoire, mais j’estimais être a seuil d’efficacité avec les connaissances que j’avais emmagasinées afin de travailler efficacement. Alain, lui a continué, HEC en passant par « Sup-de-Co » à Amiens (capitale picarde), sans pour autant s’empêcher de vouloir exploser ce plafond de verre imposé par l’éducation. Et moi donc, car je crois que nous avons tous les deux décidé que le cursus éducatif n’est pas là pour nous apprendre un métier ou un rôle dans une entreprise mais est là pour nous donner les informations nécessaire à notre réalisation personnelle. Alain a choisi de s’investir dans l’aide à la scolarité, c’est un milieu qu’il affectionne cela se voit, cela se sent, cela s’entend quand il parle. Politiquement aussi, je trouve tellement réducteur de vouloir systématiquement classer à droite ou à gauche, cela est bien trop simpliste, c’est pour cela que je ne m’étais jamais « encarté » avant le Mouvement Démocrate, les choix politiques dictés par les gens qui se disent de gauche et ceux qui se disent de droite sont limités car ils doivent rester dans le moule. N’est-il pas dommage de mettre au placard une bonne idée sous prétexte qu’elle viendrait de l’autre bord ?

Pourquoi le Modem ?

C’est de lui : le MoDem, « c’est la meilleure des synthèses pour rouvrir l’espace politique et proposer un nouveau projet de société » Alain est un homme qui croit en la liberté d’entreprendre, il est d’ailleurs chef d’entreprise, croit aux valeurs sociales qui permettent d’offrir une décence de vie et la liberté de choisir son destin, un homme qui croit en la solidarité et qui y passe beaucoup de temps.

Aura t-il le temps ?

Parmi les critiques entendu, certains disent qu’on ne peut pas être chef d’entreprise et faire de la politique en même temps. La réponse est simple : si on est un bon chef d’entreprise, lors qu’on a fait croitre sa société a un niveau suffisant, il faut ensuite croire aux hommes qui la composent. C’est le moment de déléguer, de faire confiance a ses adjoints, de les recruter si besoin et on peut alors réduire considérablement le temps nécessaire au suivi de l’entreprise.

A t-il l’expérience ?

A ceux qui disent qu’il est inexpérimenté en politique, j’ai envi de répondre qu’il n’est pas corrompu par les anciennes pratiques politiciennes. Il est justement le vecteur du renouveau politique. il a une forte expérience associative mais ce milieu ayant ses propres limitent, il lui faut sortir de cette « boite » pour passer à l’échelon supérieur, la politique, là ou on décide. Notre pays a évolué grâce aux personnes qui refusaient le conformisme. Alain Dolium fera évoluer notre pays. Quand on lui parle d’alliance au second tour il répond victoire. A quoi bon parler alliances, si on espère pas gagner autant faire une liste commune dès le début. Alain DOLIUM président de la région Ile de France en 2010 ? Oui, nous pouvons !

Cette entrée a été publiée dans MoDem. Bookmarquez ce permalien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s